La "Wanted" Index du Forum
La "Wanted"
Organisation de chasseurs de primes
 
La "Wanted" Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Tit'h ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La "Wanted" Index du Forum -> Les Locaux -> Vos RP
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Tit'h
Chasseur
Chasseur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 59
Matricule: 1 458

MessagePosté le: Jeu 7 Aoû - 00:00 (2008)    Sujet du message: Tit'h Répondre en citant

Tempo rapide. Intro de guitare bass. Boucle qui se répète. Deux noires, syncope, trois autres noires, soupire… Une guitare se superpose. Une autre qui pose un skank. Une voix incisive qui s’élève.

When they kick at your front door, how you gonna come ? With your hands on your head, or on the trigger of your gun ? (*)

La musique poussée à plein volume sur l’antique chaîne-hifi emplissait tout à fait l’atmosphère de la pièce. Jusqu’à en devenir oppressante, confinant à l’abrutissement, le dérèglement puis la fusion des sens. Il aimait bien cela. Souvent, il s’enfermait dans une petite remise qui lui servait d’atelier. Toujours pareil. La sono à fond. Il en ressortait longtemps après, les tympans engourdis, l’équilibre hésitant. Le front brulant.

When the law break in, how you gonna go ? Shot down on the pavement or waiting in death row ? (*)

Dans ces moments, les sons brutaux oppéraient sur lui comme catharsis, lui permettant de se dégager des réalités. Soigner la violence par une autre violence, intérieure, contenue, mais non moins puissante.

You can crush us, you can bruise us, but you’ll have to answer to… ooooho the guns of Brixton. (*)

Une fumée âcre s’élevait du mégot planté au coin de ses lèvres. Tit’h laissait aller ses mains sur les pièces de métal froides. Contraste étrange. Il pensa à ces bouts de chaires toutes chaudes dans lesquelles elles s’enfonceraient bientôt, labourant les tissus, perforant même les os. La grenade était prête. Petit cœur artificiel qui va battre très fort…

You can crush us, you can bruise us, yes, even shoot us. But… ooooho the guns of Brixton. (*)

Il regardait son reflet déformé sur la surface inégale de la grenade. Ses pensées glissèrent au
loin… Even shoot us !

Ces mots le firent bondire. Le clope tomba à terre. Il se revit. Il revit la rue déserte où ils erraient, à la recherche de nourriture ou d’ombre, dans cet été new-yorkais bien lourd. Il revit l’air trouble, ondulé par la forte chaleur qui s’élevait du sol.
Il la revit, Elle. Il revit sa chute à elle, une fraction de seconde avant que ses oreilles ne perçoivent le claquement sourd. Un claquement qu’il avait souvent entendu depuis. Un bruit terrible qu’il avait sûrement entendu avant. Une détonation foudroyante. Elle avait glissé sur l’asphalte. Il avait vu chacun de ses muscles s’affaisser tandis que son corps étendu s’entourait d’une auréole rouge. Le sang semblait rayonner d’elle. Il avait courru vers Elle. Déjà elle ne respirait plus. Déjà, l’écho du coup de feu s’était perdu dans les méandres de sa conscience. Il avait essayer de penser. Rien à faire. Il avait voulu agir. Son corps restait immobile.
Plus tard, il se releva. Se penchant sur le corps tout pâlit, il fit main basse sur ses quelques affaires à elle : une sacoche contenant quelques outils, Une cinquantaine de Misks, les trois dernières grenades qu’ils avaient bricolés ensemble.
Tu es prêt. Tu vas pouvoir les fabriquer tout seul maintenant ! lui avait-elle dit le matin même dans un sourir…



(*) The Clash – Guns Of Brixton
_____________________
This is the end...


Dernière édition par Tit'h le Ven 8 Aoû - 13:12 (2008); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 7 Aoû - 00:00 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Tit'h
Chasseur
Chasseur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 59
Matricule: 1 458

MessagePosté le: Jeu 7 Aoû - 16:52 (2008)    Sujet du message: Tit'h Répondre en citant

Une ombre s’était glissée dans le réduit, furtivement, chacun de ses pas se fondant dans une démarche gracieuse. La faible lueur qui éclairait la pièce permit de distinguer un peu mieux la silhouette nouvellement arrivée. De taille moyenne, vêtue de frusques mal rapiécées. Une veste qui avait été kaki passée sur les épaules.
Ce qui frappait le plus chez cet individu, ce n’était pas son accoutrement, ni ses mouvements précis – trop précis pour être humains, ni son visage imberbe et lisse de Xalien. Non.
L’œil observateur remarquait immédiatement le holster qui pendait à la ceinture, attaché à la cuisse par une cordelette de chanvre quelque peu râpée. Un holster contenant une sacrée curiosité en ce temps-là.
L’arme était un Colt army 1861. De ces vieux revolvers à percussion qui n’utilisaient pas de cartouches, mais des amorces fixées sur les cheminées d’un barillet cylindrique, qui enflammaient le chargement de poudre noire contenu dans les chambres. En un mot, une antiquité… Mais une antiquité qui faisait mal. Pour peu que l’on sache s’en servir.

Hïn dévisagea l’homme dont le regard était fixe, sa main serrant une grenade artisanale. Il ne s’était pas encore aperçu de la présence de l’intrus. Hïn alla jusqu’à la chaîne et baissa le volume. Tit’h tourna la tête, vivement rappelé à lui-même.

Tu… Tu es là ?

Tu pensais à Elle !

L’œil de Tit’h s’assombrit.

J’ai revu sa mort… Tout ce sang ! Ce soupire qui n’en finissait pas de finir et…

Oublie la !

Tit’h releva la tête.

Oublie la.

Tit’h renifla en haussant les épaules. Il fit face au Xalien qui l’observait avec attention. Celui-ci scrutait le moindre millimètre de son visage. Analysant entre autres cette particularité humaine qu’il ne comprenait pas et qu’on appelait pilosité. Tit’h en avait, des poils. Des longs poils sur le crâne, en pagaille. D’autres, plus courts, sur la partie inférieure du visage et jusqu’en dessous de cette drôle de chose qu’on appelait un nez. À quoi cela pouvait-il bien servir, hormis se prendre des coups ? Il pensa en lui-même que, décidément, les hommes n’étaient pas très adaptés à la survie. Ni très forts, ni très agiles. Pas robustes. Et hérissés d’un grand nombre d’organes, tous plus sensibles les uns que les autres, qui semblaient hurler à la ronde « c’est ici ! c’est ici pour lui faire mal ! ».

Pourquoi es-tu venu ?

Hïn esquissa un sourire prédateur.

Pour parler avec toi.

Que veux-tu ?

Juste parler. Mais on ne peut jamais te parler à toi.

Tu m’emmerdes.

C’est bien ce que je disais. On ne peut jamais te parler. La femelle de ma race s’est encore mise minable l’autre soir...

Mel ? Oui je sais. C’est moi qui l’ai couchée. Elle s’était effondrée dans le bureau du boss…

La pièce qui n’a plus de porte ? ricana le Xalien.

Tit’h sursauta.

Tait-toi !

Hïn tourna les talons et marcha vers la porte.

Tu devrais la surveiller mieux que ça. Que dirait Kayzak si…

Ne te mêle pas de ça. Casse-toi ou je te vire !

Hïn n'avait pas peur de Tit'h. Mais insister plus n'aurait servi à rien. Le Xalien n'était pas de ceux qui s'entêtent pour des causes perdues. Il tira la porte derrière lui, avec d’infinies précautions. Trop pour être honnête.
Tit’h resta seul. Il remit la musique, empoigna une bouteille qu’il avait chipée au bar, en frappa le goulot sur le bord de la table pour le faire sauter. Il but une longue rasade qui lui brûla la gorge. Une des arrêtes de verre effilées lui taillada légèrement la lèvre.
_____________________
This is the end...


Dernière édition par Tit'h le Ven 8 Aoû - 13:14 (2008); édité 1 fois
Revenir en haut
Tit'h
Chasseur
Chasseur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 59
Matricule: 1 458

MessagePosté le: Ven 8 Aoû - 11:29 (2008)    Sujet du message: Tit'h Répondre en citant

Take the highway to the end of the night… End of the night… End of the night…(*)

Un petit cafard, ridicule comparé à ses congénères monstrueux qu’on croisait de plus en plus souvent depuis quelques années, trottinait sur la table, ses pattes léchant les outils enchevêtrés, pêle-mêle. L’œil rouge d’une caméra rapiécée brillait par intermittence, rappelant un clignement de paupière. Un bordel de fils pendait de sa carcasse ouverte. Chercher de l’organisation dans tout ce fatras relevait de la folie.

Take a journey to the bright midnight… End of the night… End of the night…(*)

L’œil rouge de Tit’h était fixement posé sur une poche en plastique qui contenait un liquide rougeâtre, virant au noir. Le sang d’un chien… ou d’un loup… D’une de ses bêtes immondes qu’il avait croisé dernièrement. Le sang. Il en coulait également de sa lèvre inférieure. Un goutte-à-goutte régulier qui tombait sur son pantalon, à hauteur de sa cuisse droite. Tit’h saisit la matraque négligemment posée à terre. L’acier racla le sol dans un crissement décidé. Le cafard n’entendit pas. Pas plus qu’il ne sentit la menace. Et quand la matraque s’abattit, il était déjà trop tard. La chair broyée émit un chuintement dégueulasse. D’un revers, la matraque débarrassa la table des restes insectoïdes qui la souillaient. La musique avait changé. Plus sombre, plus intériorisée. Plus poétique aussi. Des lignes mélodiques pleines de doutes voguaient à travers la pièce enfumée, traçant comme des volutes dans l’air chargé.

Realms of bliss, realms of light… Some are born to sweet delight…
Some are born to sweet delight… Some are born to the endless night…
End of the night… End of the night… End of the night… End of the night…(*)


Tit’h ne pouvait pas lui donner tort. En lui-même, il savait qu’il avait raison. D’un autre côté… D’un autre côté qu’est-ce qu’il pouvait y comprendre ce Xalien dégénéré, obnubilé par sa propre personne et incapable d’éprouver la plupart des sentiments humains ? Tit’h secoua la tête. Cela eut pour effet de remuer brutalement la quantité d’alcool qu’il avait ingéré, lui provoquant un haut-le-coeur. Un remugle acide lui remonta l’œsophage.
Il cria dans le vide, sa voix couvrant presque la musique.

Qu’est-ce que tu piges à ça, hein ? Espèce de connard ! Rien ! Tu peux pas. Alors laisse-moi tranquille… J’t’ai rien d’mandé.

End of the night… End of the night… fut la seule réponse qu’il put obtenir.

Je t’ai sauvé de cette attaque de Sajïn et tout ce que tu trouves à faire, c’est de me casser les couilles ! Tu penses que le monde doit te ressembler, que ce qui n’est pas comme toi est trop faible ! Mais ouvre les yeux, regarde. Il est comme toi le monde ! Aride. Sec. STUPIDE. Il n’a aucun sens… Il n’en aura plus jamais ! La mort… La mort à chaque pas… Tu aimes ça, toi ! Tu te sens à l’aise ! Moi je… j’ai vu trop de larmes de sang couler. Pour rien.

Solo de guitare presque cristallin. Angoissant. D’un calme presque mortel. Le corps de Tit’h était soulevé par des tremblements. La matraque, toujours dans sa main, décrivit des cercles incohérents, brassant le peu d’oxygène présent. Pour finalement faire voler la caméra, son œil rouge et ses fils emmêlés, qui se fracassa contre un mur. Déluge de percussions. déchaînement instrumental...

Realms of bliss, realms of light… Some are born to sweet delight…
Some are born to sweet delight… Some are born to the endless night…(*)


L’œil rouge de Tit’h se ferma. Ses paupières gonflées le recouvrant complètement. Il respira profondément. Deux fois. Trois fois. Quatre... Sa tête vint se poser dans ses bras, sur le bord de la table. Tit’h s’endormit. Sa main serrant la matraque.

End of the night… End of the night… End of the night… End of the night…(*)




(*) The Doors – End of the night
_____________________
This is the end...


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:41 (2018)    Sujet du message: Tit'h

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La "Wanted" Index du Forum -> Les Locaux -> Vos RP Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
WorkStation[fusion] © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com